C'est elle qui est sa mère

C'est elle qui est sa mère

"Une femme oubliera-t-elle son nourrisson, pour ne pas avoir compassion du fruit de son ventre?" Ésaïe 49:15

"J'ai prié pour cet enfant, et l'Éternel m'a accordé la demande que je lui ai faite." 1 Samuel 1:27

      Le roi Salomon est réputé pour sa sagesse. Un jour, deux mères viennent le trouver avec leurs nourrissons, l'un vivant et l'autre mort. Chacune d'elle prétend que le bébé vivant est à elle. Comment savoir laquelle dit la vérité? Salomon fait apporter une épée. Il ordonne de partager en deux le bébé vivant, et d'en donner la moitié à chacune. L'une des femmes accepte sans broncher, mais l'autre supplie aussitôt qu'on épargne l'enfant et qu'on le donne plutôt à l'autre femme. Elle ne peut supporter de voir tuer son bébé. Et Salomon déclare aussitôt: “C'est elle qui est sa mère”. C'est l'amour maternel de cette femme qui l'a fait reconnaître.

      L'amour maternel vient de Dieu. C'est lui, le Créateur, qui a placé dans le cœur d'une mère cette tendresse naturelle. Il en reconnaît la valeur, l'approuve, et en tient toujours compte.

      Mères chrétiennes, c'est Dieu qui nous a confié nos enfants; la tendresse dont nous les entourons a de la valeur pour lui. Un enfant nous donne-t-il aujourd'hui du souci? Tournons-nous vers Dieu pour le lui confier avec foi. Il sait quels soins maternels nous avons prodigués à cet enfant depuis sa naissance. Il peut dire, comme Salomon autrefois: “C'est elle qui est sa mère”. Son oreille est ouverte aux supplications et aux larmes d'une mère, soyons-en certaines. Qui priera pour un enfant mieux que sa mère? Et si sa mère ne prie pas pour lui, qui le fera? Prier pour nos enfants est un devoir, une responsabilité, mais aussi un privilège et une immense ressource.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Bonjour, bien venu sur le site FPVM Fiombonana Tsarahonenana.

Faly miarahaba anao tonga soa eto amin'ny site FPVM Fiombonana Tsarahonenana. Mirary anao hahazo aim-panahy.