Crises (3): L'erreur

Crises (3): L'erreur

"David et le peuple qui était avec lui élevèrent leurs voix et pleurèrent, jusqu'à ce qu'il n'y eut plus en eux de force pour pleurer… Et David se fortifia en l'Éternel, son Dieu." 1 Samuel 30:4-6

      – L'exemple (1 Samuel 30:1-20): Le jeune David avec ses soldats s'est momentanément joint aux ennemis de son peuple pour fuir la persécution: faute grave! L'Éternel le délivre de cette situation équivoque, mais il permet aussi des difficultés suite à cette erreur. Pendant leur absence la petite ville de Tsiklag où ils habitaient a été brûlée, pillée, les femmes et les enfants ont disparu… Sont-ils morts? prisonniers? David a tout perdu. Même ses amis se retournent contre lui. Il n'a plus rien… Dieu seul lui reste! Alors “David se fortifia en l'Éternel, son Dieu”. Il reprend courage, prie le Seigneur et l'interroge sur ce qu'il doit faire. Il s'engage alors à la poursuite des ravisseurs et retrouve tout!

      – La leçon: Je me suis peut-être engagé sur un mauvais chemin, loin du Seigneur, et je suis triste. Est-ce que tout est perdu? C'est ma faute, mes amis le savent… Que faire? Comme David, prier et “se fortifier dans le Seigneur” (Éphésiens 6:10). Rechercher avec une pleine confiance sa présence, même si je me sens “au fond du trou”; ne rien lui cacher. Accepter son appréciation sur tout ce que j'ai fait, sans douter de son pardon, de sa grâce et de sa puissance. C'est cela “se fortifier dans le Seigneur”, et comme conséquence immédiate, j'éprouverai sa paix, une paix profonde, sans ombre. Ensuite, intérieurement tout proche de Lui, j'aurai la force de l'interroger sur ce que je dois faire, conscient que je ne mérite rien, mais aussi qu'il se plaît à répondre à l'attente et aux aspirations des siens, avec une grande bonté.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Bonjour, bien venu sur le site FPVM Fiombonana Tsarahonenana.

Faly miarahaba anao tonga soa eto amin'ny site FPVM Fiombonana Tsarahonenana. Mirary anao hahazo aim-panahy.