Fac-similés

Fac-similés

"Que le riche ne se glorifie pas dans sa richesse; mais que celui qui se glorifie, se glorifie en ceci… qu'il me connaît…, dit l'Éternel." Jérémie 9:23,24

"Certainement l'homme se promène parmi ce qui n'a que l'apparence; certainement il s'agite en vain." Psaume 39:6

      Luc, 10 ans, avait une collection de timbres dont il était très fier. Or un jour il s'aperçut que plusieurs vignettes, hautement cotées au catalogue, portaient une inscription en très petits caractères: “fac-similé”. Il ne savait pas ce que cela voulait dire, mais ce mot éveilla en lui une certaine inquiétude. Il posa la question à un oncle qui lui expliqua que ces beaux timbres ne valaient absolument rien, c'étaient seulement des reproductions.

      Des biens sans valeur, nous en accumulons tous. Mais alors, quelles sont les vraies richesses? Celles qui procèdent de la foi en Dieu (Jacques 2:5).

      Être riche, c'est connaître Dieu, le Dieu sauveur, et le servir avec fidélité. Être riche, c'est connaître Jésus Christ, le Fils de Dieu, comme Sauveur et comme raison de vivre. Voilà la richesse qui ne trompe pas, la seule que l'on emporte avec soi dans l'autre monde, celle que Dieu exige pour ouvrir à ceux qui la possèdent les portes de son ciel. Faisons bien le compte de nos richesses. N'aurions-nous que des “fac-similés”? Prenons aujourd'hui de la main de Dieu ce qu'il offre gratuitement: les richesses de la foi, pour être sauvé; il en est encore temps, et c'est urgent.

      De plus, nous pouvons faire fructifier ces richesses. Jésus nous l'explique dans la parabole de l'homme noble qui confie de l'argent à ses serviteurs en vue d'en recueillir l'intérêt à son retour de voyage (Luc 19:11-27 "Ary raha mbola nihaino izany ny olona, dia nandroso niteny ihany Jesosy ka nanao fanoharana, satria efa akaiky an’i Jerosalema Izy, ka nataon’ny olona fa hiseho faingana ny fanjakan’Andriamanitra. Dia hoy Izy: Nisy andriandahy anankiray nandeha nankany an-tany lavitra mba handray fahefana hanjaka, dia hiverina. Dia niantso folo lahy tamin’ny mpanompony izy ary nanome azy farantsa folo ka nanao taminy hoe: Mandrantoa mandra-pihaviko. Fa ny vahoakany nankahala azy, dia nampitondra teny nanaraka azy nanao hoe: Tsy manaiky hanjakan’iny lehilahy iny izahay. Ary nony tafaverina izy, rehefa nandray fahefana hanjaka, dia nasainy nantsoina hankeo aminy izany mpanompo nomeny ny vola izany mba hahitany izay azony tamin’ny fandrantoana. Dia tonga ny voalohany ka nanao hoe: Tompoko, ny farantsanao iray efa nahazoana tombony farantsa folo. Ary hoy izy taminy: Tsara izany, ry mpanompo tsara; satria nahatoky tamin’ny kely indrindra hianao, dia manapaha tanàna folo. Dia tonga ny anankiray koa ka nanao hoe: Tompoko, ny farantsanao iray efa tonga farantsa dimy. Ary hoy koa izy tamin’io: Manapaha tanàna dimy koa hianao. Fa tonga kosa ny anankiray ka nanao hoe: Tompoko, indry ny farantsanao, izay notehiriziko voafono amin’ny mosara. Fa natahotra anao aho, satria olona mila voatsiary hianao ka maka izay tsy napetrakao, ary mijinja izay tsy nafafinao. Ary hoy ny tompony taminy: Ny vavanao no hitsarako anao, ry mpanompo ratsy fanahy: fantatrao fa izaho dia olona mila voatsiary ka maka izay tsy napetrako, ary mijinja izay tsy nafafiko; koa nahoana no tsy napetrakao tamin’ny mpanana vola ny volako, ka rehefa tonga aho, dia ho nandray ny ahy mban-janany? Ary hoy izy tamin’izay nitsangana teo anilany: Alao ny farantsa eny aminy, ka omeo ilay manana farantsa folo (Fa hoy ireo taminy: Tompoko, efa manana farantsa folo izy.) Lazaiko aminareo: Izay rehetra manana dia homena; fa ny amin’izay tsy manana, na dia izay ananany aza dia halaina aminy. Fa ireo fahavaloko tsy nanaiky hanjakako ireo, dia ento atỳ, ka vonoy eto anatrehako."). Ce que la grâce de Dieu produit dans la vie d'un chrétien sera aussi comptabilisé dans le ciel pour sa récompense et pour la joie de son Maître.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Bonjour, bien venu sur le site FPVM Fiombonana Tsarahonenana.

Faly miarahaba anao tonga soa eto amin'ny site FPVM Fiombonana Tsarahonenana. Mirary anao hahazo aim-panahy.