Faut-il toujours “positiver”?

Faut-il toujours “positiver”?

"Bienheureux ceux dont les iniquités ont été pardonnées et dont les péchés ont été couverts."Romains 4:7

"Bienheureux… ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la gardent!"Luc 11:28

      “Positiver”, c'est le mot actuel utilisé pour inciter à voir surtout le bon côté des choses. Dans un monde tel que le nôtre, où les mauvaises nouvelles s'accumulent chaque jour, on sent le besoin de positiver. Mais se dire heureux et content sans se soucier de Dieu, c'est se nourrir d'illusions. La Bible nous dit: “La piété, avec le contentement, est un grand gain” (1 Timothée 6:6). La piété est le fait d'avoir une relation confiante avec Dieu, et un attachement à ce qu'il nous dit dans la Bible. Si cela nous suffit, quelle source de bonheur!

      Pour contribuer à l'amélioration du monde, certains se réfèrent à l'enseignement du “sermon sur la montagne”, particulièrement aux “béatitudes” où le Christ appelle successivement “bienheureux” ou “heureux” neuf sortes de personnes, qui ne sont pas nécessairement dans une situation facile mais s'en remettent à Dieu (Matthieu 5:1-12).

      Faut-il en conclure que notre Seigneur positivait, au sens actuel du mot? Dans l'évangile de Matthieu, ces béatitudes sont les premiers enseignements du Seigneur. Mais quelque temps plus tard, rejeté par la foule qui ne supportait pas son message d'amour et de vérité, il est amené à prononcer sept “malheurs” (chapitre 23).

      Dieu n'enjolive pas le monde, ce serait lui donner une apparence qui ne correspondrait pas à la réalité. Rien n'échappe à son appréciation. Positiver dans l'illusion amène au malheur. Mais accepter que je suis perdu devant Dieu et saisir sa grâce en Jésus est le sûr chemin pour trouver et montrer ce qu'est le vrai bonheur.

La bonne semence

R. Roger

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Bonjour, bien venu sur le site FPVM Fiombonana Tsarahonenana.

Faly miarahaba anao tonga soa eto amin'ny site FPVM Fiombonana Tsarahonenana. Mirary anao hahazo aim-panahy.