Je ne cherchais pas Dieu (1)

"Il n'y a personne qui recherche Dieu; ils se sont tous détournés, ils se sont tous ensemble rendus inutiles; il n'y en a aucun qui pratique la bonté, il n'y en a pas même un seul." Romains 3: 11-12

  “Je ne cherchais pas Dieu. Il m'était indifférent. Pourtant mes parents avaient quitté les aises d'une vie confortable en Suisse pour être missionnaires. Ils vivaient une foi vigoureuse et joyeuse, fondée sur la Bible, lue et méditée en famille, et surtout obéie. J'admirais, je respectais, j'aimais mes parents. Mais leur religion ne m'intéressait pas…
   En 1960, je quittais mon Afrique du Sud natale pour poursuivre des études d'histoire à la Sorbonne…
  Je découvris l'affrontement sans merci, dans notre vieille Europe, de deux civilisations, celle de l'être et celle du paraître, celle des apparences (l'esprit de cour de toutes les époques – qui conquiert aujourd'hui les âmes par les charmes du petit écran) et celle des réalités temporelles, morales et spirituelles.
   Un dimanche soir au milieu des années soixante, sur un quai de la gare de Neuchâtel, tout bascula… Je perdis d'un coup le sentiment même d'exister. La sensation de la présence de mon corps m'avait quitté…
   Dans sa miséricorde, Dieu, en un clin d'œil, avait tiré le voile sur la vanité de ma vie, sur mon orgueil sans borne, en me montrant que le fruit, l'unique salaire du péché est la mort; que sans lui j'étais effectivement spirituellement mort. Il révélait en moi-même cette dépravation, cette privation de sens et de vie qui, jusqu'alors, m'avait fait horreur chez les autres.”

La bonne semmence

R.Roger

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Bonjour, bien venu sur le site FPVM Fiombonana Tsarahonenana.

Faly miarahaba anao tonga soa eto amin'ny site FPVM Fiombonana Tsarahonenana. Mirary anao hahazo aim-panahy.