Esclavage et liberté

"Notre Seigneur Jésus Christ… s'est donné lui-même pour nos péchés." Galates 1:4

     On dit que Cyrus, roi de Perse, revenant d'une expédition, ramena prisonniers un prince, sa femme et ses enfants. Le souverain voulut interroger lui-même le prince captif.

                                                                      – Que me donneras-tu si je te rends la liberté?
                                                                      – La moitié de mon royaume, dit le prince.
                                                                      – Et pour la liberté de tes enfants?
                                                                      – L'autre moitié.
                                                                      – Et pour celle de ta femme, que me donneras-tu alors?
                                                                      – Moi-même.

      Cette réponse plut tellement à Cyrus qu'il relâcha toute la famille sans exiger de rançon. De retour dans son pays, le prince demanda à sa femme ce qu'elle avait pensé de la noblesse et de la bonté du roi.

– Je n'ai vu que celui qui était prêt à se livrer pour moi, répondit l'épouse du prince.

      Comment apprécions-nous Jésus, le Fils de Dieu, qui a dit à son Père: «Me voici», et qui a donné sa vie pour nous sauver de l'esclavage du diable et de la mort éternelle?

      À quelques heures de la crucifixion, Jésus a demandé à ceux qui venaient l'arrêter pour le conduire au supplice: «Si c'est moi que vous cherchez, laissez aller ceux-ci» – ses disciples (Jean 18:8). Et il s'est avancé vers la croix, offrant, comme il le leur avait annoncé, sa vie en rançon (Marc 10:45). Pour eux, pour moi, pour vous.

La bonne semence

R.Roger

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 06/01/2015

Bonjour, bien venu sur le site FPVM Fiombonana Tsarahonenana.

Faly miarahaba anao tonga soa eto amin'ny site FPVM Fiombonana Tsarahonenana. Mirary anao hahazo aim-panahy.